Démocratie locale / Le Carré de Soie dans une nouvelle phase de développement - mercredi 17 décembre 2014

3 QUESTIONS À : Christine BERTIN

Où en sont le projet de la Zac Tase et celui de l’école Cartailhac ?
En matière de ZaC, la prérogative, c’est le Mas du Taureau. Cela nous conduit à démarrer doucement la Zac Tase, en priorisant un équipement incontournable, l’école Cartailhac. Etant donné le nombre de logements qui se construisent sur le PAE Tase, il faut qu’elle ouvre en 2019-2020. aujourd’hui, on n’a pas encore le foncier pour l’école. Des négociations sont en cours avec les propriétaires : la copropriété des sheds et ASl Poudrette. Des discussions concernent également le financement de l’école. Il devait être pris en charge par Bouwfonds Marignan et par les recettes créées par la Zac. la Ville pourrait être amenée à la financer à hauteur de 50 %. Rien n’est encore arrêté, nous sommes en pourparlers avec le Grand Lyon.

Que vont devenir les sheds de l’usine ?
Se pose effectivement cette question en même temps que celle de la relocalisation des entreprises établies allée du Textile : TSD, Pimenta, les Etains de lyon et Bon pin. les trois dernières demandent au Grand lyon un terrain le long du BUE. le déménagement de TSD s’avère plus délicat. Nous aimerions que l’atelier de canuts demeure sur le site mais il faut trouver un emplacement qui convienne à l’entreprise. la ville est favorable au maintien d’une activité artisanale, aux abords de l’aile Est, reste à savoir quelle activité. Par ailleurs, garder ou pas les sheds doit aussi se discuter avec les habitants.

 

Quid de l’opération qui vise à associer un foyer Adoma et un hôtel 3 étoiles sur le PAE Tase ?
Le projet Adoma est prévu de longue date sur le PaE Tase. au départ, il était question d’associer une résidence hôtelière privée et une résidence sociale. Cette dernière devant participer à la reconstitution du foyer du Mas, en com- plément de la résidence Condorcet, construite au centre-ville ; la reconstitution de l’offre étant une obligation dans le cadre de l’Anru.
Des négociations ont eu lieu avec la pré- cédente municipalité. Celle-ci a donné son accord à Bouwfonds Marignan pour une exonération de création de places de stationnement pour le foyer. l’opérateur immobilier nous a adressé une deuxième demande d’exonération pour la résidence hôtelière, souhaitant passer de 70 places à 46. la nouvelle équipe s’est opposée à de telles conditions. D’où de nouvelles négociations avec l’opérateur qui, au final, a proposé de réaliser un hôtel 3 étoiles plutôt qu’une résidence hôtelière à côté du foyer pour les jeunes travailleurs.

Photo © Marion Parent

1419 vues

Commentaires