Actualités / Cadre de vie - mercredi 19 novembre 2014

ZAC de l’Hôtel de Ville : dépolluer avant tout

DES ACTES de vandalisme sont à l’origine de l’écoulement de 3,8 tonnes de pyralène émanant de trois transformateurs situés sur le noyau technique du centre commercial du Grand Vire. A la suite de cet incident, survenu après la démolition du centre commercial, la préfecture avait alors sollicité une expertise pour évaluer l’ampleur des dégâts et prendre les mesures qui s’imposaient pour dépolluer le site. En 2009, l’excavation des terres polluées a permis de récupérer un peu plus d’une tonne de pyralène. Quatre sondages sur la zone polluée ont ensuite été programmés, depuis 2010 et ce, jusqu’à fin 2014, pour surveiller l’évolution de la pollution de la nappe phréatique.

Alors que la réalisation de la ZAC était entérinée par des délibérations du 25 juin 2012 et du 10 octobre 2012, deux nouveaux arrêtés préfectoraux datant du 6 novembre 2013, notifiaient la nécessité de poursuivre les investigations pour écarter tous risques sanitaires et environnementaux sur la zone de construction dont une partie se trouvait polluée.

Pour ce faire, une étude complémentaire est en cours, dont les résultats devraient être connus d’ici la fin de l’année, afin de poursuivre la dépollution du site et engager les travaux de la ZAC de l’Hôtel de Ville sur le site concerné. “Rien n’est encore acté tant que nous n’avons pas la conclusion de l’étude portant sur la nature des travaux de dépollution devant être engagés et par qui. C’est un processus qui demande du temps”, précise Matthieu Fischer, adjoint au maire, délégué à l’Écologie, à l’Environnement et au Patrimoine naturel.

L’étude, lancée sous l’injonction de la préfecture et de la Dreal (Direction régional de l’environnement, de l’a- ménagement et du logement), et votée lors du conseil municipal du 30 octobre 2014, relève, en effet, d’une convention tripartite entre Auchan, le Grand Lyon et la ville. “L’objectif est que le projet de la Zac puisse émerger dans les meilleures conditions, c’est pour cela que le calendrier des projets en cours et futurs est bouleversé. Il faut attendre que la dépollution soit faite”, poursuit l’élu. Christine Bertin, adjointe au maire, déléguée aux Opérations d’urbanisme des Zones d’aménagement concerté, souligne quant à elle, que “le permis de construire de l’îlot en question est refusé temps que nous n’avons pas la certitude qu’il n’y a aucun risque pour la population”.

 J.P
Photo © Marion Parent

3055 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cadre de vie > ZAC de l’Hôtel de Ville : dépolluer avant tout