Portraits / JOURNAL N°100 - mercredi 01 octobre 2014

Le danseur Lilou Ramdani va créer sa fondation

Devant 111 millions de téléspectateurs, le 5 février 2012, Madonna électrisait le public du Super Bowl, la finale du championnat de football américain. Sur scène, au côté de la star planétaire, Lilou Ramdani enchaînait les figures les plus impressionnantes. “Un Vaudais au Super Bowl, derrière Madonna, c’est quand même un truc de fou”, s’amuse aujourd’hui le danseur. Un moment fort qui reste un excellent souvenir pour Lilou mais certaine- ment pas la consécration de sa carrière. La fortune et la gloire, très peu pour lui : quelques mois après l’événement et après 80 représentations, il quittait la troupe de la chanteuse américaine, pour rentrer à nouveau dans l’arène des battles. “La compétition me manquait trop”, concède-t-il.

 

Je suis un compétiteur né”

Le 25 novembre prochain, Lilou Ramdani concourra aux championnats du monde individuels Red Bull BC One, dix ans après sa première participation. Une épreuve qu’il a déjà remportée par deux fois, en 2005 et 2009. a ce jour, il est, avec le coréen Hong 10, le seul breakdancer à avoir réussi ce doublé. Cette finale sera l’occasion de les départager et d’en consacrer un, roi des B-boys.

Artiste accompli, le jeune homme est aussi un sportif exigeant, mais la carrière d’un sportif reste éphémère. a 30 ans, il commence à penser à sa reconversion. “J’ai souvent été devant la caméra, j’aimerai maintenant passer derrière, explique-t-il. Mon kif ultime serait de devenir réalisateur de documentaires. J’ai visité 70 pays, des plus riches aux plus pauvres. Dans certains, la danse est si mal considérée que les artistes peuvent être emprisonnés. J’ai envie de montrer leurs vies et ce qu’il y a souvent derrière les paysages de carte postale.” au fil de ses voyages, le danseur puise son inspiration dans les favelas, les townships et les bidon- villes où il donne des cours. Dernièrement, sa rencontre avec les habitants de Soweto, en afrique du Sud, l’a beaucoup touché. La vidéo qu’il a tournée là-bas a déjà été vision- née plus de 50 000 fois sur sa chaîne Youtube, TVLilou.

 

Aider les enfants défavorisés

Autre thème qui lui tient à cœur, le handicap. Le breakdancer prépare un projet de documentaire intitulé Know limit, sur le parcours de danseurs handicapés. Et puisqu’à Vaulx-en-Velin, “on sait ce qu’est vraiment la solidarité et l’entraide”, Lilou Ramdani souhaite aussi créer une fondation afin de venir en aide aux enfants défavorisés et construire, aux quatre coins du monde, des écoles de danse et des lieux de créations. “C’est le projet d’une vie”, résume-t-il. Quand il ne parcourt pas la planète, le danseur qui ne compte pas ses titres continue de s’entraîner à la MJC de vaulx-en-velin et sur le parvis de l’o-péra de Lyon, là où tout a commencé pour lui. toutes les générations de B- boys se côtoient sur les marches de marbre noir de ce haut lieu de la cul- ture urbaine. Pour les plus jeunes, il est un exemple, de réussite, d’humilité et de persévérance. “Tout est possible quand on se donne les moyens”, considère Lilou Ramdani. et si, comme il l’affirme, ”Vaulx est une ville de sport et de culture”, le double champion est assurément le symbole de l’alliance des deux.

Maxence Knepper

Pratique : www.youtube.com/tvlilou

Photo © Marion Parent

Lilou Ramdani s’affichait à la une de la première édition de Vaulx-en-Velin journal, il y a bientôt 5 ans. A l’occasion du numéro 100, nous retrouvons le champion du monde de hip hop qui partage sa vie entre compétitions et actions humanitaires.

2359 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°100 > Le danseur Lilou Ramdani va créer sa fondation