Portraits / JOURNAL N°118 - mardi 07 juillet 2015

Anderson Borges de Souza ou la capoeira dans les règles de l’art

ANDERSON Borges de Souza est né au Brésil, il y a 36 ans. ce chevronné de la capoeira, discipline venue de son pays natal, s’attache à la transmettre depuis déjà 17 ans. il est vrai que son histoire personnelle est totalement liée à cet art martial, longtemps discriminé, mais aujourd’hui reconnu comme patrimoine culturel par l’Unesco.

“J’ai grandi dans la ville de Salvador au Brésil. J’habitais juste derrière la salle où l’on pratiquait la capoeira. J’entendais la musique et j’essayais de reproduire les mouvements. Un jour, le mestre qui me voyait faire, m’a proposé de venir rejoindre le groupe. J’avais sept ans et depuis, je n’ai jamais abandonné. Je m’entraîne tous les jours”, explique le contra-mestre capoeiriste. ce qui l’attache particulièrement à la capoeira, c’est son histoire et sa philosophie : “Elle est née dans la rue, inventée par les esclaves. A travers elle, on apprend le respect, la discipline, mais aussi à chanter, à jouer des percussions”.

 

Fidèle à ses origines

Cet ancrage dans la culture brésilienne constitue le ciment, le socle sur lequel tout capoeiriste digne de ce nom doit pouvoir s’appuyer pour acquérir les bases de la discipline. “Il faut aussi en apprendre le langage en portugais”, soutient l’expert.

Anderson Borges de Souza tient plus que tout à conserver et transmettre cette spécificité : “Je suis parti travailler pendant quelques années au Portugal avec des jeunes en difficulté, des personnes sans ressources”, confie-t-il. cette expérience enrichissante le conduit tout naturellement à développer son activité à Vaulx-en-Velin où, pendant plusieurs années, il va former des jeunes capoeiristes bénévolement. Aujourd’hui, les ressources de l’association Oxala Brasil sont plus solides, et permettent de rémunérer son travail. Sans toutefois en perdre l’esprit. Désireux de se démarquer de certai- nes orientations qu’il juge trop mercantiles dans le monde de la capoeira, Boy vient de créer son propre groupe, capoeira filosofia ancestral. Une manière, pour lui, de rester fidèle à ses origines.

Jeanne Paillard

Pratique : Association Oxala Brasil, siège social espace Carco, 24 rue Desnos.Tél: 04 78 80 22 61 ou 06 19 84 03 62.

Cours pour enfants et adultes.

1516 vues

Commentaires

  • Natalia De Souza, le 20/08/2015
    Merci,
    Pour avoir fait un profil qui représente exactement notre Mestre de capoeira.
    Non seulement un art-martial ancestral mais également le navigateur de l'histoire du Brésil.
    Nous sommes fière de pouvoir dire que la capoeira est le plus grand divulgateur de la culture Afro-brésilienne au monde et que le Mestre Boy reconnut dans plusieurs pays en tant qu'un capoeiriste pionnier de cet art-martial.
    Les cours de capoeira reprendront la deuxième semaine de septembre et cette saison 2015/2016 sera rempli de stages avec d'autres professionnels ainsi que nos rodas annuel et biensûr notre évènement de fin d'année ou sera également fêté les 30 ans de pratique de capoeira du Mestre Boy et l'anniversaire de la première année du groupe.
    Une très bonne continuation et une bonne rentrée à tous en esperant que tous ayez passé de bonnes vacances.

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°118 > Anderson Borges de Souza ou la capoeira dans les règles de l’art