Actualités / Cadre de vie - mercredi 15 avril 2015

La nature est dans le pré... et dans la ville

L’ILO’Z a rouvert ses portes pour la saison le samedi 11 avril. Situé en plein cœur du grand Parc, c’est un lieu propice à l’apprentissage de la nature, comme il en existe d’innombrables à Miribel-Jonage et sur le territoire de la commune. Ici, la nature est dans le pré et... dans la ville. Jardins pédagogiques ou partagés, jardins potagers, lieux de balades et espaces verts poussent comme des champignons à Vaulx-en-Velin.

Il est vrai que la ville a une véritable histoire horticole et légumière qui remonte, pour la culture du fameux cardon vert, au XIXe siècle. Mais deux siècles plus tard, la donnée est tout autre, liée à l’urbanisation: “Dans les dix dernières années, 50% des agriculteurs de l’agglomération ont disparu” relève Bruno Charles, vice président de la Métropole en charge du développement durable, de la biodiversité, de la Trame verte et de la politique agricole. L’élu note encore que si 50% des espaces métropolitains sont non urbanisés, le grand Lyon en perd 1% par an, et ce depuis 30 ans. Alors, on tente aujourd’hui de répondre un peu partout, à la fois aux traditions de culture, à la problématique écologique et aux nécessités économiques.

 

“Il manque des espaces publics”

Donner plus de cohérence et d’ampleur aux espaces verts dans le paysage urbain, c’est bien la volonté de la ville, qui actuellement, travaille par exemple à une redéfinition du programme d’aménagement de la ZAC de l’Hôtel de ville. “Nous réfléchissons avec l’architecte du Grand Lyon sur plu- sieurs hypothèses. Mais une chose est certaine : Il manque des espaces publics. Le projet autour des placettes prévues sur certains îlots ne nous satisfait pas. C’est encore trop minéral”, déplore Christine Bertin, adjointe à l’aménagement des ZAC. L’idée serait de créer un cheminement piétonnier qui relierait le chemin du Gabugy au jardin de la Paix et des Libertés. La promenade pourrait même être prolongée le long de la rue Rabelais. Les noues(1) qui étaient déjà programmées pourraient être élargies de deux ou trois mètres pour créer une bordure de verdure. “Nous nous donnons deux ans ; il nous faut établir un bilan financier pour voir si la Ville est capable d’assumer financièrement ces changements”, mentionne l’élue qui souhaite en débattre avec les habitants, à l’occasion du prochain conseil de quartier du Centre- ville. Des projets tels que celui-ci, il y en a plein les cartons. Des études por- tent sur une liaison anneau bleu/coulée verte. Le grand Projet de ville et la commune réflèchissent en effet à trois axes verts longeant les deux bras du Rhône et la Rize, d’un bout à l’autre de la ville. Au Sud, les architectes du Carré de Soie envisagent une promenade jardinière, au Mas du Taureau, d’autres aménagements destinés à valoriser les anciennes lones du Rhône sont aussi à l’étude.

Le poumon vert de l’agglomération

La volonté politique de la commune de Vaulx-en-Velin est partagée par la Métropole qui, le 23 février, a voté la mise en valeur de la trame verte. Il s’agit d’un réseau de parcs, propriétés et espace naturels, destiné à rapprocher les sites naturels agricoles et périurbains des espaces verts urbains. “Cela constitue le poumon vert de l’agglomération” se félicite Bruno Charles.

Dix projets nature faisant l’objet d’un programme annuel défini par la Métropole avec les communes et les syndicats intercommunaux sont mis en œuvre, dont le grand parc de Miribel Jonage.

J.B et J.P

(1) fossés végétalisés

2331 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cadre de vie > La nature est dans le pré... et dans la ville