Actualités / Enfance / Jeunesse - mercredi 18 mars 2015

Claude Bartolone : “ Nous saurons faire bouger les lignes”

CLAUDE BARTOLONE était en déplacement dans l’agglomération lyonnaise, jeudi 12 mars. Après une visite à La Duchère (Lyon 9e), le président de l’Assemblée nationale, ainsi que les députés du Rhône Yves Blein (PS) et de l’Ain Xavier Breton (UMP), sont venus à la rencontre des Vaudais, dans le cadre d’une mission de réflexion sur l’engagement citoyen et l’appartenance républicaine, confiée par le Président de la République. “Nous sommes très attachés à la présence de la République dans notre commune et vous voir ici nous réconforte”, a souligné la députée-maire Hélène Geoffroy. Afin de “faire des propositions pour en finir avec le sentiment qu’en fonction de son parcours ou du territoire sur lequel on vit, on n’a pas le même accès à la République”, Claude Bartolone s’est entretenu avec des jeunes du centre social Georges-Levy, du lycée professionnel Les Canuts et avec les représentants de l’Espace Projets interassociatifs (EPI) et de l’association Medialys. “C’est bien de lire des rapports, mais il est important de voir sur le terrain ce qui marche et ce qui ne marche pas”, a-t-il exprimé.

 

Engagement citoyen et appartenance républicaine

“L’engagement citoyen, ce n’est pas si facile quand on n’a pas de travail ou qu’on n’est pas bien à l’école”, a affirmé Saïd Alleg, directeur du centre social Levy, structure qui a inscrit la cause dans ses priorités. Pour Naziha Chalabi, coordinatrice de l’EPI, “on manque de représentativité dans les médias, la politique ou les entreprises. Comment voulez-vous que les gens pensent que la France est juste avec tout le monde ?” Et aux jeunes du centre de se confier sur les difficultés vécues au quotidien, qu’ils soient en master, en terminale ou en décrochage scolaire. “Notre établissement est souvent vu de l’extérieur comme un lycée de racailles, a expliqué une élève des Canuts. Et pourtant, on y apprend bien et on y trouve l’appui pour construire un projet professionnel solide”. D’autres ont partagé des expériences qui les ont blessés : “Avec ta tête, qu’est-ce que tu fais en Droit ?”, a déjà entendu Dellia, étudiante à Lyon 3. Ce qui ne les empêche pas de redoubler d’effort, comme Sofiane, Mamadou et Enès, qui visent le concours de Sciences Po. “Le rôle du centre social est primordial dans l’insertion républicaine, a noté Mamadou. On nous y inculque des valeurs pour gran- dir et être à la fois en adéquation avec la culture de nos parents et celle la République.”

Les acteurs du monde associatif ont toutefois souligné “l’instabilité permanente des financements qui ne permettent pas d’établir des actions dans la continuité” et la baisse des crédits de la Politique de la ville qui “construisent le désespoir”, selon eux.
“Nous devons retrouver un sens com- mun et regarder notre jeunesse comme une chance, a conclu le locataire du Palais Bourbon qui assure que des améliorations sont à apporter au niveau des financements, sans pour autant augmenter la pression fiscale. Il faut faire passer le message que nous avons les têtes et les bras pour construire la France du 21 siècle et que chacun peut avoir la possibilité de voir son talent reconnu. Des jeunes des quartiers populaires peuvent prétendre à l’excellence, c’est un bon signal”.

Et de pointer qu’en quelques années, Vaulx-en-Velin a beaucoup changé. “Nous avons su faire bouger les pierres, nous saurons faire bouger les lignes.”

Maxence Knepper

 

 

 

2214 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Enfance / Jeunesse > Claude Bartolone : “ Nous saurons faire bouger les lignes”