Portraits / JOURNAL N°108 - mardi 03 février 2015

Lahbib Akhdi, une révélation au centre Georges-Levy

"C’est un garçon qui s’est révélé au cours des actions de solidarité du centre social Georges-Levy, estime Samia Bencherifa, coordinatrice du pôle adolescents et pré-ados. Lahbib, c’est le mec du quartier qui est devenu un modèle inspirant pour les autres jeunes. Pour son engagement d’abord, mais aussi par son extrême bienveillance et la façon qu’il a eut de redresser la barre avec brio.”

Malgré sa carrure de colosse, Lahbib Akhdi, en terminale sciences et technologies du management et de la gestion au lycée Pierre Brossolette de Villeurbanne, devient presque mutique quand il s’agit de se raconter. Qu’importe, les habitués du centre social Georges-Levy le font pour lui. Tous reconnaissent son implication et la persévérance avec laquelle il s’applique à mobiliser les jeunes pour divers projets culturels, sportifs ou éducatifs. Un peu turbulent lorsqu’il était plus jeune, Lahbib explique son changement de cap par une prise de conscience lors des projets de solidarité internationale conduits par la structure, et notamment, lors d’un voyage au Proche-Orient en février 2011. “Cela nous a pris un an pour tout organiser et financer le déplacement qui nous a conduit de Beit Sahour à Jérusalem, en passant par Tel Aviv, Bethléem, Hébron ou Ramallah.” Une gifle pour lui. “On entend parler des problèmes en Palestine dans les médias, mais se rendre compte de la situation de
ses propres yeux, c’est autre chose”, soutient-il.
Pendant dix jours, au contact des habitants, il s’est senti utile. “Rencontrer des réfugiés au camp d’Aida et parler avec eux, c’est une expérience qui m’a changé”, avoue Lahbib. Ce sentiment d’utilité, Lahbib Akhdi a voulu le prolonger à son retour en devenant animateur à la Grappinière. Depuis trois ans, il encadre les gosses de ce quartier qui l’a vu grandir. Et ce qu’il aime par dessus tout, c’est l’esprit de communauté qui règne entre les murs du centre Georges-Levy. Une certaine alchimie s’est créée au fil du temps avec les autres animateurs du centre Levy, et notamment avec Mohamed Ali Hannachi, 27 ans.
Lui aussi fréquente le centre social de la Grapp’ depuis toujours. “J’ai d’abord été animé, avant de devenir animateur”, souligne-t-il un franc sourire aux lèvres. Comme Lahbib Akhdi, il s’active énormément au sein de la structure dont il est l’un des bénévoles. Et c’est très fier qu’il sort de sa poche la copie du diplôme qui atteste de ses compétences en animation et pour lequel l’équipe l’a beaucoup soutenu. Hyperactif, il s’implique dans beaucoup d’associations, dont Event’issage et le Boxing club vaudais. Normal quand on porte le nom du boxeur le plus illustre du 20e siècle.
Maxence Knepper

Gamin de la Grappinière, ce jeune homme de 18 ans a été un pari pour l’équipedu centre social. Un pari gagnant, au point qu’au fil des ans, il est devenu un modèle pour les gamins du quartier.

2168 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°108 > Lahbib Akhdi, une révélation au centre Georges-Levy