Portraits / JOURNAL N°96 - mercredi 18 juin 2014

Zen zila : un retour au rock méditerranéen

APRÈS TROIS ANNÉES de silence, le groupe Zen zila revient sur le devant de la scène. Laurent Benitah, guitariste et son acolyte chanteur Wahid Chaib, sortent leur sixième opus, Welcome marhaba. En 1992 les deux musiciens se croisent lors d’un projet culturel. Wahid de Saint-Jean et Laurent des Buers, se découvrent beaucoup d’atomes crochus. Ils deviennent amis et écument les scènes. Zen zila naît huit ans plus tard lorsqu’ils signent chez Naïve et sortent un premier disque, Mélange sans appel. Le nom de la formation qui vient de l’arabe fait référence à “un tremblement de terre qui chamboulerait les consciences”. Le groupe marie avec joie rock et musiques du sud. De 2003 à 2009, les musiciens publient trois albums chez Universal. Le succès est au rendez-vous et le groupe se fait connaître dans toute la France. Ils sillonnent les scènes et se paient même le luxe de se produire lors de festivals internationaux. En 2010, le contrat les liant avec la célèbre firme est rompu. Le marché du disque connaît alors une crise sans précédent. Les deux comparses prennent un autre virage et éditent chez Acte public un enregistrement beaucoup plus sombre et bluesy. Un opus qu’ils ont présenté à Vaulx, lors de l’édition 2011 de La voix des mots au centre culturel Charlie-Chaplin.

“Kif kif pareil ” : des souvenirs joyeux
Après de nombreux projets culturels, dont une comédie musicale avec les habitants de leur quartier, le groupe retourne en studio. Les enregistrements se font dans un château du XVIIe siècle à la Tour-du-Pin avec un ingénieur du son formé au mythique studio d’Abbey Road. Là où les Beattles, Pink Floyd et Oasis ont enregistré. Sans se mettre la pression, ils composent au fur et à mesure. “Après une longue absence, c’est bon de retourner en studio, lancent les deux amis. On a souhaité renouer avec notre style : du rock Méditerranée. L’expression colle bien avec ce qu’on fait. Nous ne sommes pas forcément nostalgiques. Mais les musiciens avec les- quels on a enregistré le premier album sont revenus. On voulait évoquer des choses joyeuses pour rompre avec la morosité du quotidien et une actualité parfois plombante”. Au fil des douze nouveaux titres, les Zen zila évoquent des souvenirs heureux et des tranches de vie. Les morceaux constituent une ode à la joie, comme le nouveau single Kif kif pareil qui retrace leur enfance. Les guitares électriques se mélangent au son des derboukas et du oud. Le groupe part désormais en route pour défendre le disque. “C’est face au public que nous nous sommes construits. On a vraiment hâte de retourner sur scène”, concluent Wahid et Laurent.

Welcome marhaba a même été présenté dans l’émission Alcaline sur France 2. Parallèlement à leur enregistrement, les Zen zila ont réalisé un documentaire sur le Chaâba, l’ancien bidonville villeurbannais des années 50, dont l’album servira de bande son. L’histoire de l’Est lyonnais reste présente dans la mémoire du groupe, fortement ancré à Villeurbanne, où le chanteur est travailleur social, au coeur du quartier Saint-Jean.

 Rochdi Chaabnia

Pratique : Welcome marhaba disponible chez Abeille musique.

Photo © Marion Parent

Wahid Chaib et Laurent Benitah, les deux musiciens de Zen zila reviennent avec un sixième album qui brasse rock et musiques méditerranéennes. 

3252 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°96 > Zen zila : un retour au rock méditerranéen