Actualités / Cultures - mardi 28 juillet 2015 - (2 images)

Vernay-Verchères : les Birdy Kids ont fait leur nid

Dans le monde du graff et des murs peints, si M. Chat (Monsieur Chat) s’est fait connaître à Paris avant d’entamer un parcours international, l’agglomération lyonnaise, elle, peut se targuer de l’apparition sur ses murs, il y a près de vingt ans, de drôles d’oiseaux colorés. Ces volatiles créés par le grapheur K-nar (Stéphane) ont fait des petits, envahi le périph, les autoroutes et la ville, grâce notamment à la création du collectif Birdy Kids en 2007-2008. Le crew (groupe) est composé de quatre membres : Guillaume et Gautier peignent avec Stéphane et Nicolas manage, cherche les bons plans qui permettent aujourd’hui de s’envoler vers d’autres continents et de varier les expériences.

Après le Mexique, retour dans l’agglo. Les drôles d’oiseaux aux couleurs joyeuses se posent pour la première fois à Vaulx-en-Velin. Ils sont toute une bande de roses, jaunes, bleus sur des nuages colorés comme des smarties. Ils occupent trois pans de murs de la sous-station de chauffage située en bordure de l’avenue Georges-Dimitrov, aux Vernay-Verchères. La réalisation de ce mur peint répond à une commande - démarche à laquelle le collectif adhère de plus en plus. L’Opac du Rhône a fait appel au trio pour mettre de la gaîté et de la bonne humeur dans cet espace rénové, accueillant la nouvelle aire de jeux réalisée par la Métropole et jouxtant le collège Pierre-Valdo. “La Ville m’a fait découvrir Birdy Kids et leur démarche m’a plu, indique Jean-Pierre Garnier, le directeur de l’agence. Cette opération a été montée en lien avec la Métropole, qui la finance pour moitié, et en collaboration avec le centre social du Grand Vire. Car je souhaitais associer des enfants de Vaulx-en-Velin au projet”, poursuit-il. Pendant deux jours, vingt-deux enfants âgés de sept à dix ans ont ainsi donné un coup de main aux trois pros. “Nous avons mis les couleurs dans les formes dessinées, tandis que les peintres faisaient les contours noirs”, expliquent-ils. “C’était une belle aventure de peinture”, commente Ambrine. Quant à Yaniss, il se satisfait “d’avoir appris de nouvelles choses” et fait désormais la différence entre un tag, un graffiti et une peinture murale. Tous se sont pris au jeu, saisissant d’emblée l’aspect ludique du travail des muralistes, sans poser la question “pourquoi peindre des oiseaux ?” De toute évidence, c’est un sujet comme un autre. “Un sujet creusé au fil du temps, un cheminement” et qui plus est, “ça marche, ça plait”, disent Guillaume et Gautier en soulignant que “Birdy, c’est un prétexte pour s’amuser et faire plein de trucs” : un petit tour à Bangkok ou à Ibiza, un séjour à Paris, des galeries, ici et là, une expo dans la cour de l’Hôtel de Ville de Lyon, des tee-shirts, des totems, des affiches collées de manière “sauvage” et des virées, toujours, le long des voies rapides.

Fabienne Machurat

2544 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > Vernay-Verchères : les Birdy Kids ont fait leur nid