Actualités / Enfance / Jeunesse - jeudi 08 octobre 2015

Ecoles, y'a-t-il quelque chose qui coince ?

L’ARMEE DE CHAHUT est entrée au Conseil municipal. Quelques militants syndicalistes et politiques, parents d’élèves, agents municipaux et enseignants des écoles maternelles et élémentaires, ont occupé le haut du pavé vaudais ces dernières semaines. Cause de leurs manifestations, les lundis 21 (200 manifestants devant l’hôtel de Ville) et 28 septembre (un peu plus d’une cinquantaine en début de conseil municipal) : une rentrée scolaire qu’ils ont jugée difficile en raison, disent-ils, d’effectifs insuffisants : “Quinze jours après la rentrée, plusieurs classes (écoles Lorca, Curie) n’ont toujours pas d’ agent territorial spécialisée des écoles maternelles (Atsem). Des enseignants de maternelle se retrouvent seuls avec 27 élèves. L’hygiène des enfants est mise à mal ainsi que l’entretien des classes”. Dans un communiqué, ils estiment que “des écoles n’ont pas d’Asep” (NDLR : agent de service de l’école primaire) et poursuivent : “L’entretien des locaux n’est pas assuré. Il n’est pas rare de voir certains enseignants faire le ménage après leur journée de classe”.

Dernier grief : la “désorganisation” et les “cafouillages” dans l’accueil périscolaire. Et Valéria Pagani, représentante SNUIPP et directrice d’école de poursuivre: “alors que l’ensemble de la commune de Vaulx-en-Velin est classée depuis la rentrée en REP+ (Réseau d’Education Prioritaire+) et que l’Education nationale, de son côté, met l’accent sur les Zones d’éducation prioritaire, l’année scolaire 2015- 2016 s’annonce comme un véritable cauchemar pour la communauté éducative vaudaise”.

Cartons rouges des manifestants

D’où le débat animé au Conseil municipal du 28 septembre, après une communication de la députée-maire Hélène Geoffroy et de son adjointe à l’Education Kaoutar Dahoum, sur la rentrée scolaire. “Ce n’est que de la com”, ont répondu en cœur les oppositions de droite et de gauche. Le leader du groupe“Vaulx c’est vous”a reproché à Hélène Geoffroy de décrire “un monde merveilleux”. “Circulez, il n’y a rien à voir. Et on serait tenté de vous croire”, a lancé Philippe Moine (Les républicains) avant d’ajouter : “On a quand même l’impression que les parents, en- seignants et agents de la ville n’ont pas fait la même rentrée que vous”. Tandis que Saïd Yahiaoui (non inscrit) a dénoncé une “vision idyllique” -terme réfuté par la députée- maire- de la rentrée scolaire à Vaulx-en-Velin. “Vos, chiffres, c’est de la pure communication. Vous devez entendre les manifestants”, a ajouté l’élu, sous les vivats des contestataires brandissant des cartons rouges.

 

Et malgré ce soutien apporté par certains des leurs, Saïd Yahiaoui et Dorra Hannachi étaient bien isolés. Seuls sur les rangs de l’opposition de gauche, celle de la liste “Gauche citoyenne” aux municipales de 2014. Plus seuls encore, lorsque les manifestants se sont retirés de la salle du conseil, alors que le débat sur l’école n’était pas achevé.

Ecouter les parents d’élèves et les directeurs d’école, comme l’a suggéré Saïd Yahiaoui ? Hélène Geoffroy a indiqué ne pas avoir at- tendu pareille suggestion : elle a rencontré les directeurs les 15 juin et 14 septembre, et les parents d’élèves seront invités le 16 octobre. “720 d’entre eux ont déjà été rencontrés dans le cadre du périscolaire (...) Nous ne sommes pas dans de l’autisme”, a précisé la députée-maire.

“300 fois plus de travaux que vous”

Laquelle a sonné la charge contre ces cartons rouges qu’elle a trouvés “hors sujet”. Puis se sont les présidents des groupes de la majorité qui sont montés au front : “Il y a, à Vaulx, deux fois plus d’agents par habitant que dans la plupart des communes limitrophes” -sous entendu un meilleur service rendu à la population- a notamment signifié Stéphane Gomez (groupe socialiste), alors que Sté- phane Bertin (agir pour Vaulx-en-Velin) a préféré revenir sur les investissements de la ville (26 millions d’euros consacrés aux travaux de réhabilitation dans une dizaine de groupes scolaires sur 16), après que les oppositions aient déploré que la majorité se soit préoccupée davantage des bâtiments que des moyens humains. “Nous avons fait en une année plus de 300 fois plus de travaux que vous”, a rappelé l’adjoint de quartier à Saïd Yahiaoui. Quant à Morad aggoun (radicaux de Gauche) s’adressant lui aussi aux oppositions, il a insisté sur la place de l’élu dans la ville : “Vous nous dites : il y a des parents... Nous aussi, nous sommes des parents. Nous ne sommes pas des élus hors-sol. On habite dans les quartiers, contrairement à des gens qui sont ici et qui voudraient donner des leçons aux Vaudais”.

Les cartons rouges n’étaient plus là quand la députée-maire a sifflé la fin de partie : “Alors que 124 postes d’Atsem sont ouverts, faire tout un chambardement et un chahut comme Saïd Yahiaoui et Philippe Moine l’ont fait alors qu’il y a eu des recrutements, c’est pas du niveau”. Plus tard, Hélène Geoffroy dira de la création de six postes Atsem qui venaient d’être votés à l’unanimité : “C’est historique”.

Jacques Boucaud

2091 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Enfance / Jeunesse > Ecoles, y'a-t-il quelque chose qui coince ?