Enfance / Jeunesse / Science Po : l’élite par le mérite - mercredi 16 septembre 2015

Une préparation intense au lycée Doisneau

CETTE ANNéE, aucun nouveau Vaudais n’a fait sa rentrée rue Saint-Guillaume. Six ly- céens avaient pourtant réussi l’épreuve d’admissibilité, sur la douzaine l’ayant préparée. Brillants selon leurs professeurs, ils avaient tout à fait leur place à Sciences Po, mais le jury en a décidé autrement. Un petit coup de canif dans le palmarès du lycée, dont l’ancien proviseur, Bernard Rosier, se targuait “d’être le seul établissement du Lyonnais à rentrer chaque année des élèves à Sciences Po”.

Si la déception des candidats doit être grande, Keivan Helmi considère qu’il ne s’agit que d’un semi-échec : “Même si on n’est pas admis, la préparation entreprise permet de réussir d’autres cursus tout aussi prometteurs. Elle donne une dynamique et un bagage culturel. Il ne faut pas dévaloriser l’enseignement que l’on reçoit en banlieue, on y apprend à être motivé”. Ce qu’approuve l’ancien proviseur : “En dehors de Sciences Po, certains de nos élèves rentrent à l’Ecole Normale Supérieure, à l’école d’Architecture, à l’Insa ou dans les Instituts d’études politiques de province. Quand on donne à nos jeunes l’attention et les moyens qu’ils méritent, ils sont capables de choses formidables. En terme d’image, ces par- cours d’excellence sont positifs. Ils aident à faire tomber les préjugés et les discours qui noircissent le tableau.”

A raison de deux heures par semaine, aidés par des professeurs, notamment Malika Assam (Histoire-géographie) et Gilles Forsi (Sciences économiques et sociales), et épaulés par des anciens, une poignée de lycéens travaille tout au long de leur année de terminale sur l’actualité, dans le but de présenter une revue de presse au jury de l’école. “Cela fonctionne tellement bien que nous pro- posons désormais un enseignement similaire à l’ensemble des élèves de première Economie et Social”, souligne Bernard Rosier.

Et Wael Abdel Hamid de conclure, “s’il est une chose à retenir, c’est que c’est à la portée de tous avec un peu de travail et beaucoup de volonté. Sciences Po cherche des élèves agiles d’esprit, avec un caractère et une capacité à réfléchir par soi-même, bien plus que les bonnes notes ”.

M.K

1284 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Enfance / Jeunesse > Science Po : l’élite par le mérite > Une préparation intense au lycée Doisneau