Actualités / Société - jeudi 23 avril 2015 - (12 images)

Recueillement et émotion lors du centenaire du génocide des Arméniens

La cérémonie s’est déroulée, place du 24-avril-1915, en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Arsèn Abrahamyan, maire d’Artik, ville arménienne jumelée avec Vaulx-en-Velin, Nickolay Sarkisov, consul général d’Arménie à Lyon et des représentants d’associations vaudaises et arméniennes.

Avant tout, je tiens à vous dire que c’est un grand plaisir d’être à vos côtés, a déclaré le secrétaire d’Etat insistant sur l’attachement profond des Arméniens à la France”. Il a également rappelé l’engagement d’un grand nombre d’entre eux dans la Résistance, citant notamment Missak Manouchian.

Hélène Geoffroy, députée-maire de Vaulx-en-Velin, a tenu à souligner l’importance du devoir de Mémoire et a salué “le courage, la force qu’il a fallu aux rescapés pour transmettre leur histoire”. Une histoire qu’il est important de reconnaître aujourd’hui, afin de poursuivre le combat, pour faire triompher le droit, la justice, la liberté et la fraternité.

Farida Boudaoud, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes est intervenue au nom de Jean-Jack Queyranne, rappelant que ce dernier s’est battu pour faire adopter la loi du 29 janvier 2001, marquant la reconnaissance par la France du génocide des Arméniens.

Hilda Tchoboian, membre de la Croix bleue des Arméniens et conseillère régionale, a mis l’accent sur la nécessité de continuer la lutte pour la reconnaissance du génocide par le gouvernement turc, car même si, comme elle l’a dit, “le mur du silence a enfin été cassé, la plaie reste béante tant que l’auteur, l’Etat turc, n’a pas pris ses responsabilités dans ce grand crime”.

Georges Kepenekian, premier adjoint au maire de Lyon, Gérard Collomb, a dénoncé le massacre du peuple arménien orchestré par le gouvernement Jeune turc “avec la volonté délibérée de récupérer ensuite, par des décrets, les biens et les terres de ceux qui avaient été massacrés”. “Aucune famille n’en est sortie indemne. Le pire, c’est le négationnisme qui représente une nouvelle mort pour les descendants et les empêchent de faire le deuil”, s’est-il insurgé.

Armand Menzikian, conseiller municipal délégué aux Relations internationales,  après avoir remercié tous les membres du Comité du centenaire, pour leur implication dans la préparation des diverses manifestations qui ont ponctué tout le mois d’avril, sur la commune, a apporté un témoignage poignant sur l’histoire de son père. “J’ai le devoir, sans haine, mais avec détermination de garder sa mémoire”, a-t-il conclu.

A l’issue des prises de paroles, une foule recueillie et silencieuse est venue déposée cent roses devant la nouvelle plaque de l’arbre du souvenir, un grenadier âgé de cent ans, rendant hommage aux centaines de milliers de victimes de ce crime contre l’humanité.

Cette manifestation a été ponctuée par plusieurs intermèdes musicaux, grâce à la participation du groupe Spitak et du Conservatoire communal de musique et danse.

Jeanne Paillard

2007 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Recueillement et émotion lors du centenaire du génocide des Arméniens