Actualités / Société - vendredi 04 septembre 2015

Se souvenir du 2 septembre 1944

Devant le monument aux morts, un hommage a été rendu aux Résistants qui ont participé aux côtés des Alliés à la libération de Vaulx-en-Velin le 2 septembre 1944, en même temps que Lyon et Villeurbanne. Cette libération du joug de l’Allemagne nazie, s’est inscrite “dans le contexte de l’insurrection de Villeurbanne des 25 et 26 août 1944 avec l’appui d’un important groupe FTP-MOI (1) du Bataillon Carmagnole” rappelait Robert Géa, président de la section vaudaise de l’Ufac. Au Sud, devant la stèle de l’avenue Bataillon-Carmagnole et la plaque commémorative de la mairie annexe, la municipalité et les anciens combattants avaient au préalable honoré la mémoire des quatorze ouvriers, résistants ou militaires de l’usine Rhône Poulenc textile morts en 39/45 ainsi que celle du Bataillon FTP Henri-Barbusse. C’est une section de ce dernier qui le 2 septembre a pénétré dans Vaulx-en-Velin et mis en place à la mairie du bourg un comité de Libération constitué de représentants d’organisations de la Résistance et de syndicats vaudais. Une commission provisoire de 16 membres présidée par Jean Peyri a remplacé la municipalité pétainiste, désignée en 1940, le temps de réaliser de nouvelles élections.

Nous honorons celles et ceux qui ont combattu pour la liberté et la fraternité et qui au-delà des différences d’opinion, de croyance, d’origine, aspiraient à vivre ensemble”, décrivait le représentant de l’Ufac. Hélène Geoffroy, députée maire, revenait sur le rôle important joué par les étrangers, en soulignant que “l’idéal de liberté a cette vertu de transcender les origines”. Celles et ceux qui ont combattu refusaient non seulement tout diktat mais voulaient aussi construire une autre société, plus égalitaire et solidaire ; “ils l’avaient exprimé dans le programme du Conseil National de la Résistance en 1943”, évoquait Robert Géa. Aujourd’hui, nous devons “être les garants des valeurs républicaines de ces Résistants” concluait Hélène Geoffroy en insistant sur le nécessaire devoir de mémoire pour transmettre aux jeunes générations les faits d’histoires, les actes de résistance portés par l’idéal de liberté et l’espoir de l’amitié entre les peuples. “Souvenons nous. Réfléchissons”, disait le Résistant Vaudais Marcel Roche.

(1)Francs-tireurs et partisans - Main d’œuvre immigrée.

F.M

1759 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Se souvenir du 2 septembre 1944