Actualités / Société - mardi 15 décembre 2015

familles sans toit : le collectif reste vigilant

L’occupation de l’école Grandclément est en suspens, après avoir duré plusieurs nuits pour fournir un toit à des enfants et leurs parents déboutés du droit d’asile. La mobilisation de parents d’élèves, d’enseignants et de militants a permis d’aider les douze familles qui, début novembre, étaient sans logement. “Cinq familles ont un hébergement jusqu’au 31 mars, mais il en reste sept qui n’ont que des solutions provisoires et le problème ne s’arrête pas là, indique Anne-Marie Dureux, membre du Secours populaire. En effet deux familles se sont ajoutées à la liste et deux autres familles doivent quitter Forum réfugiés durant ce mois de décembre, parce que déboutées de leur demande d’asile”. La députée-maire Hélène Geoffroy réitère pour sa part, que leur relogement est une compétence de l’état et réclame une vraie solidarité métropolitaine. Etant donné sa prise de position, le directeur de l’école a été convoqué début décembre à l’Inspection d’académie du Rhône.
“Au sortir de l’entretien, l’inspecteur s’est porté volontaire pour discuter avec la préfecture et tenter de trouver des solutions d’hébergement”, rapporte le collectif Jamais sans toit, agissant pour qu’aucun enfant à Vaulx-en-Velin et dans le reste de l’agglomération lyonnaise ne dorme dans la rue. Rappelons que Vaulx-en-Velin dispose d'un Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile (Cada) d'une capacité de 150 personnes ; d'un Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile et l'Insertion des Réfugiés (Cada-ir) hébergeant une soixantaine de personnes ayant obtenu le droit d'asile ; d'un "Village Grand Froid" pouvant accueillir
une centaine de personnes maximum.

1014 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > familles sans toit : le collectif reste vigilant