Portraits / Journal N°116 - mardi 02 juin 2015

Valérie Chhiv chante son pays

VAUDAISE depuis 13 ans, la presque quinquagénaire lit et chante dans sa langue natale, le cambodgien, au sein du groupe des lectures multilingues de la bibliothèque Chassine. Née en 1966 à Kompong Chhnang, elle a quitté son pays en 1979, fuyant le génocide perpétré par les Khmers rouges. Dans sa ville, les exactions ont commencé en 71 : “Mon père étant prêtre, on devait fuir souvent et changer d’identité”. Après trois années passées dans des camps de réfugiés en Thaïlande, elle est arrivé en France en 1982. “Grâce à un CAP de couture, j’ai travaillé cinq ans dans ce domaine avant un licenciement économique”. Ont suivi dix ans sans emploi et des contrats divers avant le premier CDI en 2014, dans une blanchisserie décinoise. Valérie Chhiv n’est retournée qu’une fois au Cambodge et l’évocation du passé est un sujet sensible. Pour contrecarrer les blessures, elle dit avoir “besoin de chanter des choses heureuses”.

F.M

1457 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > Journal N°116 > Valérie Chhiv chante son pays