Actualités / Démocratie locale - mardi 02 décembre 2014

Le conseil de quartier, un outil collectif

“NOTRE TRAVAIL AVANCE, mais il reste des choses à mettre en place.” Salle du Bourg, les réunions sont suivies assidûment et les sujets mis à l’ordre du jour, âprement débattus. “Si nous avons autant de mécontentements, c’est qu’il manquait un vrai lieu où les gens puissent s’exprimer. Mais ce n’est pas forcement la vocation du conseil, ajoute-t-il. Cela dit, certains points soulevés sont de réelles problématiques. La question de la mixité ou de l’engorgement des écoles par exemple. De nouveaux projets immobiliers devraient sortir de terre. Quid des enfants?” Les membres du bureau du Conseil ont mis en place cinq commissions de travail pour avancer concrètement sur les sujets qui touchent leur quartier : Urbanisme, Voirie, Patrimoine et Equipements publics - Education, Jeunesse - Animation de quartier, Vie culturelle -tranquillité publique - Propreté, Environnement.

“Les habitants sont vraiment partant pour bosser sur certaines questions, notamment l’urbanisme, note fabrice Blaudin de Thé. Je souhaite que beaucoup de nos travaux soient présentés et débattus en réunion publique”. A terme, il espère que ces commissions puissent se réunir une fois par mois, en fonction de l’actualité. Les premiers sujets qui lui tiennent à cœur : le manque d’activités proposées aux ados et d’animations touchant tous les publics, et la sous exploitation de certains lieux publiques, comme le parc Elsa-triolet, le square Gilbert-Dru ou l’allée des Marronniers.

 

Comprendre le monde pour le changer

S’investir là où il vit, ce n’est pas nouveau pour Fabrice Blaudin de Thé. Avant d’arriver à Vaulx-en-Velin, il y a cinq ans, l’instituteur de l’école Henri- Wallon donnait déjà de son temps et de son énergie. “J’ai toujours voulu comprendre le monde et agir autant qu’il m’est possible de le faire pour le changer.” En 2002, alors que la campagne présidentielle battait son plein, il est choisi par le journal Le Parisien pour interroger Jacques Chirac, Lionel Jospin, Noël Mamère et Jean-Marie Le Pen, candidats à l’élection, sur des questions de société. Ingénieur en informatique, il abandonne ensuite sa carrière “qui manquait de concret” et part faire du volontariat en Algérie. De ces deux années, il tirera un ouvrage, l’Etoile algérienne, paru aux éditions Persée. A son retour en france, il passe les concours de l’Education nationale et devient professeur des écoles en 2007. “Tout ce que je cherchais dans ce boulot, je l’ai trouvé à Vaulx-en-Velin, confie-t-il. La tâche est usante, mais enrichissante.” Passionné de littérature, l’homme de 37 ans, père de deux enfants, aime écrire. “J’aimerai pouvoir le faire plus encore, mais le temps me manque”, constate-t-il. Avec les ambitieux dossiers ouverts par le Conseil de quartier, pas sûr en effet qu’il trouve ce temps dans les mois à venir.

Maxence Knepper

Pratique : conseildequartier@mairie-vaulx-envelin.fr

Photo © Marion Parent

1826 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Le conseil de quartier, un outil collectif