Actualités / Démocratie locale - mardi 03 novembre 2015

Marie-Emmanuelle Syre : “Le commerce répond à des équilibres et à des règles”

Comment se porte le commerce vaudais ?

Paradoxalement, on a des secteurs qui vont bien comme le Mas du Taureau où le chiffre d’affaires n’est pas mauvais. Partout ailleurs, le commerce est en perte de vitesse, mais ce n’est pas un problème qui est propre à Vaulx-en-Velin.

Comment expliquer localement cette morosité économique ?

Les Vaudais ne consomment pas local et vont souvent faire leurs achats à l’extérieur. On l’a vu par exemple, lors du marché de Noël de l’an passé. Et puis, le pouvoir d’achat est plus faible ici qu’ailleurs. Il faut aussi reconnaître que les commerces présents ne répondent pas toujours à la demande de la clientèle. On n’a pas assez de boutiques de vêtements et de chaussures ou de boucheries-charcuteries. De nombreux snacks veulent s’implanter. Ils ne peuvent être les seuls. Nous traitons par ailleurs avec la police, le problème des squats devant les commerces.

Au Centre-ville justement, les commerçants se plaignent depuis des années de loyers trop élevés. Où en est-on ?

C’est le quartier où le commerce est le plus en difficulté. Il y a tout de même des ouvertures de magasins et d’autres qui s’agrandissent, mais pour certains commerçants, la situation n’était plus gérable financièrement et ils ont dû fermer boutique. Nous travaillons avec la Société d’économie mixte patrimoniale, propriétaire des murs, pour ne pas laisser les entrepreneurs en situation délicate s’enfoncer. Il ne s’agit pas de faire de l’ingérence, mais de l’accompagnement, avec la Chambre du Commerce et d’Industrie et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Par ailleurs, les charges ont sensiblement baissé. Pour les loyers, étant donné que la Ville n’est pas le seul décideur sur ce dossier, les négociations sont longues. C’est le travail d’un mandat.

Gardez-vous espoir ?

J’espère bien, sinon, je ne serais pas là ! Nous voulons pérenniser les commerces en place et en aider d’autres à s’installer, mais pas n’importe comment. Vaulx-en-Velin n’est pas une zone de non droit. C’est pour cela que nous avons lancé une campagne sur les terrasses par exemple, car beaucoup n’étaient pas déclarées. On s’attaque désormais aux commerces sans autorisation. On a un service municipal qui est là pour accompagner les gens de A jusqu’à Z, alors arrêtons de faire n’importe quoi ! Ouvrir un commerce répond à des règles.

Quels sont les quartiers sur lesquels un gros effort doit être porté ?

Il faut que nous veillions à redynamiser et restructurer le Sud pour créer une polarité, car pour le moment, les quelques commerçants présents se sentent bien seuls. Nous sommes aussi vigilants à ce que le transfert des commerces à la Grappinière se passe bien et qu’on retrouve dans ce quartier une vraie offre en pied d’immeuble. Viendront ensuite le transfert de Casino au Pré de l’Herpe et le dossier Lidl...

Propos recueillis par Maxence Knepper

1287 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Marie-Emmanuelle Syre : “Le commerce répond à des équilibres et à des règles”