Actualités / Société - mardi 05 mai 2015

Ces habitants qui ont quitté Lyon pour Vaulx

Le PHENOMENE était jusque là peu courant. Mais aujourd’hui, ils sont des dizaines à choisir d’habiter Vaulx-en- Velin. Question de coût bien évidemment, mais aussi et surtout à cause du cadre de vie, de l’offre nouvelle d’habitat et du lien social qu’ils ont découvert ici.

Pedro Mariano est de ceux-ci. Ce consultant spécialisé dans le coaching d’entreprises. Originaire du Nord, il a vécu plusieurs années dans le 6e arrondissement de Lyon avant de s’installer à Vaulx-en-Velin, il y a un peu plus de deux ans. “J’avais décidé d’acheter un appartement ou une maison. Je devais trouver quelque chose à moins d’une 1/2h de Lyon 6e”, dit-il. Lui et sa compagne, qui est de Vaulx, ont visité quelques maisons avant d’opter pour une avec jardin, au village. “Cela répondait au souhait d’avoir plus une vie de quartier et à la volonté de m’investir dans la ville”.

Pedro Mariano veut “amener la technique du coaching et du développement personnel dans des quartiers qui ne s’y prêtent pas vraiment” et il a cofondé l’association Farot(1) pour mettre ses compétences au profit du milieu associatif et de la réussite des jeunes. “J’ai commencé à m’investir au sein du centre social Lévy, à la fois au niveau de l’équipe et auprès de jeunes adultes pour les aider à exprimer leur projet de vie et à se mettre en marche”. Très à l’aise dans cette ville, il évoque néanmoins “des impôts locaux trop chers”.

 “J’ai grandi avec la mixité sociale”

La famille Sworowski, venue de Caluire a opté, il y a cinq ans, pour une maison au Pont des planches. “Avec quatre enfants, notre appartement commençait à être petit et l’on voulait une maison”, dit ce couple au profil de cadres moyens. Un cousin d’Odile, habitant Vaulx Village les encourageait à chercher sur la commune, contrecarrant les préjugés d’Olivier qui avait “en tête l’image des années 90”. Odile, elle, n’avait pas d’appréhension : “La mixité sociale, j’ai grandi avec dans une ZEP, à Charvieu”. Ayant finalement sondé le terrain, ils ont trouvé un bien à leur convenance, dans “un quartier calme, bien fourni en services et commerces de proximité”. L’endroit est assez idéal par rapport aux trajets de la famille. Olivier travaillant à Rillieux, Odile, à la Part-Dieu (à l’époque) et les plus grands des enfants devant pouvoir naviguer facilement via les transports en commun. Cette installation à Vaulx a quelque peu questionné leur cercle d’amis et entourage professionnel : “On nous a souvent demandé si c’était un choix”.

Eux sont satisfaits d’être ici. Néanmoins, ils pointent certaines ombres au tableau : les difficultés liées au marché aux puces, le dimanche ; le manque de propreté de la ville; les dangers inhérents au non respect du code de la route. “Nous avons aussi des regrets sur le plan de l’urbanisation de notre quartier ”, tout azimut et faisant parfois l’impasse de la réglementation.

 Une vie culturelle riche

Diana Nikolova a quitté le quartier Sans-souci, pour vivre au Centre-ville de Vaulx-en-Velin. “Je devais changer de lieu, j’ai cherché à la périphérie de Lyon. J’avais entendu parlé de Vaulx d’une manière pas assez positive”. C’est pourtant, ici, qu’elle a le déclic. “De ma fenêtre, je peux voir un paysage incroyable. Cette vue m’a tout de suite donné la sensation d’être comme dans un village, comme dans une maison avec un jardin. Vaulx est une ville très verte, je n’ai jamais rien vu de pareil”. Elle est touchée par la qualité des relations avec ses voisins et s’est immergée dans la vie associative et culturelle vaudaise. “A Lyon 8e, il ne s’est rien passé. Ici, c’est un volcan alimenté par un monde associatif très fort”. Aujourd’hui, elle est chargée de développement culturel à l’espace Projets interassociatifs (EPI), fait du bénévolat autant qu’elle peut et défend l’image de Vaulx. “Je suis passionnée par cette ville”.

Fabienne Machurat

(1) Formation accompagnement pour la réussite des objectifs de tous.

3625 vues

Commentaires

  • Patrick Guenon, le 11/06/2015
    Il y a du renouveau certes à Vaulx En Velin avec des constructions de nouveaux logements neufs mais ça ne règle pas pour autant les problèmes de précarité et d'insécurité dans cette ville. De plus, très peu de commerces et trop de logements sociaux. Taxes foncières et impôts locaux très élevés pour soit disant les redistribuer aux pauvres et faire de l'assistanat.

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Ces habitants qui ont quitté Lyon pour Vaulx