Actualités / Démocratie locale - mardi 05 mai 2015

De la “normalité“ dans l’attribution des subventions aux associations

DE LA NORMALITÉ” dans l’attribution des subventions, “celle dont la ville a besoin“. C’est Morad Aggoun (Parti radical et apparenté), qui a utilisé un terme dont aucun, dans la majorité, n’a voulu se défausser, le 28 avril en séance du conseil municipal. On votait ce soir là les crédits accordés aux associations vaudaises, hors sport. Ce que Stéphane Bertin (Agir pour Vaulx-en-Velin) a exprimé d’une autre façon tout en disant la même chose, parlant de “choix structurants et attendus”. Attendue, cette délibération l’était en effet, tant les rumeurs alarmistes ont couru ces dernières semaines. Qu’en est-il en définitive ? D’abord, l’enveloppe globale des dotations reste inchangée. Ce qu’il y a de nouveau, c’est la mise en place d’un dossier de demande de subvention que chacune des associations aura à remplir. “une procédure claire et unique”, a insisté Nadia Lakehal, adjointe au maire déléguée à la Culture et à la Vie associative, au motif que certaines associations ont pu percevoir, durant plusieurs années, une subvention annuelle sans en faire la demande. Dans le même temps, et en dehors des plus grosses associations de la ville, aucun bilan ou retour n’était jusqu’à présent exigé. un état des lieux est également en cours concernant la mise à disposition des locaux. Disons que la formule nouvelle est ce qu’on appelle le donnant-donnant.

 

“Un immense abreuvoir sans fonds”

ensuite, c’est dans la transparence que les choix budgétaires ont été effectués. “La municipalité a à cœur de reposer les bases d’un partenariat transparent et équilibré avec le monde associatif”, a encore expliqué Nadia Lakehal. A en croire le premier adjoint Pierre Dussurgey, intervenu au nom du groupe Socialistes et républicains, il était temps de faire table rase du passé. Dans les placards de l’Hôtel de Ville, la nouvelle majorité dit n’avoir retrouvé “aucun dossier d’associations, aucune procédure claire, aucun bilan des actions. Mais des traces de subventions sans demandes préalables”. Selon l’élu qui accuse la majorité précédente d’avoir pratiqué ainsi pour “dissimuler quelques favoritismes”, ceci est “à la limite de la régularité“. et l’élu aux Finances de conclure : “rien n’était sérieux, fiable et juste”. Or, selon Morad Aggoun, “déposer un dossier de demande de subventions, c’est le B.A.BA”. “Tout ne se fera plus dans le bureau du maire avec ceux qui crient le plus qui obtiennent le plus”, assure-t-il. Stéphane Bertin enfin, n’est pas loin de reprendre les accusations de Pierre Dussurgey : “La ville ne sera pas un immense abreuvoir sans fonds qui se remplit tout seul et dans lequel celui qui a envie de prendre vient le demander au maire, et est servi”, a-t-il dit. étonnement, l’ancienne majorité n’a pas cherché à se dédouaner. Par la voix de Philippe Zittoun, le groupe Gauche citoyenne a préféré tacler l’exécutif sur des mots-clés de sa politique en faveur des associations : clarté, unicité, transparence et pédagogie. La meilleure défense, c’est l’attaque. “Quatre mots qui suscitent des interrogations”, a indiqué l’élu : “Une commission composée d’élus et de techniciens pour répartir les subventions, en terme de clarté, ça ne suffit pas. Quant à l’unicité, elle suppose qu’on a une vision uniforme du monde associatif. En matière de transparence, il faudrait dire ce qui fait que certains ne sont pas sou- mis au même mode d’évaluation. Enfin, à propos de pédagogie, on s’interroge sur la temporalité de la réforme. Alors que le monde associatif a besoin de stabilité”. Le groupe de Philippe Zittoun s’abstiendra au moment de voter.

Deux groupes s’abstiennent

A droite, on se félicite de la réforme. “Avoir un dossier de demande de subvention, c’est la base”, a indiqué Philippe moine dont le groupe (Vaulx c’est vous) va cependant s’abstenir. Parce que, dit-il, à Vaulx “les associations ne participent pas à l’effort de recherche d’économie” comme elles le font dans d’autres communes de l’agglomération.

La député-maire a alors exprimé alors son “réel étonnement” des abstentions des deux groupes d’opposition. “Sûrement pour des raisons différentes, mais ne voilà-t-il pas que la collectivité fait cet effort d’avoir, cette année, le même montant de financement des associations, et vous vous abstenez”. Hélène Geoffroy pèse ses mots : “les Vaudais jugeront”.

En attendant la mise en place du dossier de demande de subvention au mois de septembre pour le budget 2016, la Ville a travaillé, pour cette année, sur la base des subventions accordées l’an passé, avec toutefois l’examen des demandes en fonction de l’ancienneté des associations sur le territoire, de l’évaluation de leur activité, de la valorisation des locaux mis à disposition, et de la distinction entre les demandes liées au fonctionnement ou à l’organisation de manifestations spécifiques.

Jacques Boucaud

 

2,205

C’est, en millions d’euros, le montant total des subventions accordées aux associations vaudaises en 2015. Ces 2 205 612 euros ne comprennent pas les subventions destinées aux associations et clubs sportifs qui seront votées lors du conseil municipal du mois de mai.

 

 

 

 

1744 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > De la “normalité“ dans l’attribution des subventions aux associations