Actualités / Démocratie locale - mardi 17 février 2015

Un vrai débat d’orientation budgétaire

LES PLATS de résistance mijotent à feux doux. Attention à ne pas les mener à ébullition ! Ancienne et nouvelle majorité en ont fait l’expérience au conseil municipal du 12 février. Frôlant parfois la surchauffe lors du débat d’orientation budgétaire (DOB). Un vrai masterchef. il est revenu au grand argentier de la ville, Pierre Dussurgey de poser les plats sur la table : l’adjoint aux finances a évoqué les éléments de conjoncture économique, la réforme territoriale et les évolutions budgétaires de la ville, avant d’entrer dans le vif du sujet. Et de le pimenter à sa sauce : “Nous avons fait le choix de la vérité budgétaire pour entreprendre le redressement de Vaulx-en-Velin ; le choix d’en finir avec l’impéritie et les effets d’annonces trompeurs” (lire l’interview de Pierre Dussurgey sur le DOB. dans le numéro du 4 février de Vaulx-en-Velin journal). L’ancienne majorité s’étouffe : “Votre vote positif” sur la plupart des dossiers “quand nous étions dans la majorité, prouve que notre gestion n’était pas si mauvaise que ça”, rapporte Saïd Yahiaoui (non inscrit) qui réduit le DOB à une “masse de déclarations d’intention”.

 

Histoire de poivrer la discussion, Philippe Zittoun (Gauche citoyenne) va reprocher à la majorité un “manque d’orientations”. “C’est un catalogue dans lequel chacun peut faire son marché. Mais quelles sont vos priorités ?”, interroge l’élu. Son camarade Bernard Genin tranche dans le vif : “Il est difficile d’accepter ce dédain vis à vis de l’ancienne équipe”, s’énerve l’ancien maire, inquiet de la disparition de certains dossiers qu’il aurait voulu, dit-il, mener à bien, dont la construction d’un cen- tre aquatique, abandonnée par la majorité actuelle pour financer de nouvelles écoles. “Où sont les 10 millions d’euros financés pour cet équipement ?”, demande Philippe Zittoun.

 

 

La députée-maire a voulu “rassurer tout le monde” : “Sur les 10 millions d’euros, aucun n’a été perdu , sauf 1,1 million ayant servi aux études, soit l’équivalent d’une année de fonctionnement. Quant aux quatre millions de l’Anru, quatre millions de la Région et 600000 euros du Département, ils ont été entièrement reportés soit sur l’école Beauverie soit sur le gymnase Jesse-Owens” a rappelé Hélène Geoffroy.
Pour l’élu de droite Philippe Moine (vaulx, c’est vous), la municipalité ne peut s’exonérer d’une “responsabilité partagée” sous la précédente manda- ture. Mais surtout, M. Moine estime que les aides dont bénéficie la ville au titre de la politique de la ville la rendent “plus vulnérable. Nous sommes sous perfusion”.

 

Sur la responsabilité des socialistes dans le précédent mandat, Hélène Geoffroy clora plus tard le débat : “Oui, les Vaudais savent que le PS a été associé un temps au PC. Mais la rupture totale remonte à 2008”. Pas question pour la député-maire d’endosser la responsabilité de ce qui s’est fait à Vaulx entre 2008 et 2014.

 

Lettres au Père-Noël

 

Stéphane Bertin (Agir pour Vaulx-en-Velin), Stéphane Gomez (Elus socialistes et républicains) et Morad Aggoun (Parti radical de gauche et apparentés) ont défendu les orientations budgétaires qu’ils ont mitonnées avec la députée-maire. avec un ingrédient particulier pour Stéphane Bertin qui trouve que la ville est “pauvre” et “dépend trop de l’extérieur”. “Il y a du souffle dans ce débat d’orientation bud- gétaire”, commente Stéphane Gomez qui clame, s’adressant à l’ancienne majorité : “S’il y avait eu un bon bilan du PC, et alors que le PS au niveau national était au plus mal, il n’aurait pas été battuauxmunicipales”.Moradaggoun émet une objection sur les repas de famille : “à notre arrivée, nous avons voulu remettre de l’éthique et en finir avec le népotisme“.

Le DOB d’une nouvelle majorité, c’est ainsi, bilan contre projet. “Ce qui restera de cette première année, c’est l’abandon du centre nautique et le rachat de l’Hôtel du Nord”, s’indigne Bernard Genin. De son côté Hélène Geoffroy a aussi retenu du passé “des lettres au Père Noël : celle du centre aquatique pas totalement financé (NDLR. Selon la députée-maire, il manquait près de dix millions d’euros sur les dix-neuf prévus), celles des ZAC signées mais sans lettre d’intention, celle des écoles annoncées entre 2001 et 2008, mais pas financées, et celle des transports en commun” non étudié dans les plans de mandats.

Jacques Boucaud

 

 

1670 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Un vrai débat d’orientation budgétaire