Actualités / Société - mercredi 02 décembre 2015 - (4 images)

Plan de lutte, un an d'actions

Soirée débat à la Grappinère, le 17 février.
Une soixantaine de jeunes étaient réunis pour une soirée de discussions au centre social Levy avec des représentants de la mosquée, de la paroisse, de la Licra et de la Municipalité. “Après les attentats perpétrés en janvier dernier, nous voulions faire un débat sans tabous sur le vivre ensemble et la laïcité”, explique Hamida Djoudi, coordinatrice du centre social. “Promouvoir ainsi des débats permet de rapporter au cœur des quartiers un esprit laïc parfois remis en cause”, considère Patrick Kahn, porte parole de la Licra.

Remise des cartes d’électeurs, le 29 mai

Une quarantaine de Vaudais tout juste ma- jeurs a été reçu en salle du Conseil municipal où leur a été remise leur carte d’électeur. Pour l’occasion, l’association Campus Ma- rianne a animé un jeu-débat autour des principes fondamentaux de la République, de “tout ce qui permet de faire France ensemble tout en ayant une citoyenneté pleine et entière”, comme l’a souligné Zohra Bitan, fondatrice de l’association.

Visite de Claude Bartolone, le 12 mars

Le président de l’Assemblée nationale est venu à la rencontre des Vaudais, dans le cadre d’une mission de réflexion sur l’engagement citoyen et l’appartenance républicaine. Afin de “faire des propositions pour en finir avec le sentiment qu’en fonction de son

parcours ou du territoire sur lequel on vit, on n’a pas le même accès à la République”, Claude Bartolone s’est entretenu avec des jeunes du centre social Georges-Levy, du lycée professionnel Les Canuts et avec les représentants de l’Espace Projets interassociatifs et de l’association Medialys.

Foot citoyen et les clubs vaudais

Toujours dans le cadre du Plan de lutte, l’association Foot Citoyen intervient auprès des jeunes pousses des clubs de foot autour des valeurs du sport. Foot Citoyen a été créée en septembre 2003 par Arsène Wenger et Didier Roustan, autour d'un constat : l'un des moyens les plus efficaces pour captiver les jeunes est de le faire à travers leur passion.

M.K

 

On n’est pas condamné au silence !

Très récemment, plusieurs débats ont eu lieu au cours desquels des jeunes Vaudais ont été invités à réfléchir autour des notions d’égalité et de discrimination. Récits.

 Kery James : “ l’éducation, le nerf de la guerre

 “Peu avant son concert le 21 novembre, Kery James a pris le temps d’échanger avec des Vaudais dans une salle comble du centre culturel communal Charlie- Chaplin. Aux côtés d’Hélène Geoffroy, députée-maire, il a répondu aux questions posées par l’assistance autour de la thématique “On n’est pas condamné à l’échec”. Faut-il partir à l’étranger pour réussir ? Le rôle joué par les médias dans l’information ou la désinformation de l’opinion publique, la laïcité, ont été autant de points de discussions. Kery James a également parlé de sa tournée A.C.E.S pour Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir durant laquelle il attribue une bourse pour financer les études supérieures d’un élève de la ville dans laquelle il se produit. 

Tous égaux : la jeunesse parle de la banlieue

Qu’est-ce qu’être jeune dans un quartier populaire aujourd’hui ? Tel a été l’objet du débat organisé au lycée Doisneau le 18 novembre. Deux classes du lycée ont rencontré une doctorante de l’EnTPE, Marine Huet, accompagnée par deux sociologues, une française, Marie-Hélène Bacqué et l’autre canadienne, Anick Germain. L’occasion d’inverser la vapeur et de ne pas seulement considérer la jeunesse comme un objet d’études. “On nous colle souvent l’image de banlieusards, mais nous sommes simplement des jeunes et notre objectif reste le bac”, ont rappelé Kenza, Naïma, Ferdaous et Walid, tous en terminale. Ces derniers ont aussi découvert que le mot banlieue ne revêt pas la même appellation de l’autre côté de l’Atlantique.

RC et YA

1817 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Plan de lutte, un an d'actions