Actualités / Démocratie locale - mardi 03 mars 2015

Le Grand Lyon débloque 3,5 millions d’euros d’aides sociales

SELON l’Institut national de la statistique (InsEE), 20% des ménages de la Métropole vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins de 993 euros par mois pour une personne seule). par ailleurs, 12% des 15/ 24 ans sont au chômage(1). C’est dire si les acteurs de l’aide sociale dans la Métropole ont scruté avec acuité le contenu de la délibération prise le 23 février, par les élus de la métropole, sur la convention annuelle d’objectifs et de moyens avec l’Etat, pour le cofinancement des contrats aidés et des aides pour l’insertion. En effet, les politiques d’insertion et en particulier celles en faveur des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (46250 allocataires dans la Métropole) ne sont plus, depuis le 1er janvier, de la compétence du Conseil général du Rhône, mais de celle du Grand Lyon.
Le président de la Métropole, Gérard Collomb l’avait assuré dès la matinée dans une conférence de presse : “le dispositif de financement sera reconduit en 2015, tel qu’il avait été engagé par le Département, quand il en avait encore la compétence sur le territoire du Grand Lyon”. Ainsi, 1120 contrats aidés vont être signés (1000 dans le secteur non marchand, 100 dans le secteur marchand et 20 emplois d’avenir). La Métropole va encore financer 800 aides au poste dans les chantiers d’insertion. L’engagement financier de la Métropole dans ce dispositif reste donc au même niveau, soit 3,5 millions d’euros. Ce qui est nouveau, selon le premier vice-président de la Métropole en charge de l’économie et de l’emploi, c’est la réunion des compétences sociale et développement économique au sein de la même collectivité. “Cela va permettre de créer des passerelles entre contrats aidés et monde de l’entreprise” a souligné David Kimelfeld. Et Gérard Collomb de préciser : “Afin, notamment, de développer des contrats dans le secteur marchand”, faiblement représenté jusqu’à présent.

Jacques Boucaud

(1) selon l’InsEE, “la moitié des précaires de l'agglomération est regroupée dans quatre communes : Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Saint-Fons et Givors. Rillieux-la-Pape est aussi dans une situation assez comparable”.

 

Bouclage du périphérique : l’Europe appelée à l’aide

Afin de finaliser ce vieux serpent de mer qu’est le bouclage du périphérique lyonnais entre Laurent-Bonnevay et Valvert, les élus de la Métropole, ont voté le 23 février, une demande de subvention auprès de l’Union européenne, d’un montant de 16,5 millions d’euros. “Par sa position centrale, Lyon est un problème d’intérêt européen”, a argumenté Gérard Collomb. Le bouclage du périphérique lyonnais dont il est question depuis un quart de siècle, devait notamment autoriser la déqualification de l’autoroute A7 entre Perrache et la Confluence.

1326 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Le Grand Lyon débloque 3,5 millions d’euros d’aides sociales