Actualités / Démocratie locale - mercredi 04 février 2015

Pierre Dussurgey : “Notre objectif est de soutenir des investissements tout en maîtrisant au mieux la dette”

Dans quel état d’esprit est-on, lorsqu’adjoint aux finances, on est à la veille de la présentation de son premier débat d’orientation budgétaire (DOB)?

C’est le premier, dont nous avons la maîtrise. Nous en avons présenté un juste après l’élection de la nouvelle majorité, en avril 2014. Le budget n’avait pas été voté par l’ancienne majorité, et nous avons donc décidé de refaire un débat d’orientation budgétaire, avec déjà quelques réorientations, notamment concernant la rentrée scolaire. Celui que nous allons présenter le 12 avril 2015 sera différent, par rapport à aux années précédentes. En effet, jusqu’alors, le débat d’orientation budgétaire était composé de trois ou quatre pages très techniques, ne laissant que peu de place aux orientations politiques. Nous avons la volonté d’apporter au débat un document plus complet et largement diffusé. Nous voulons travailler dans la transparence. La culture du secret, c’est fini.

Lorsque vous avez été élus il y a bientôt un an, et même pendant la campagne électorale, la maire avait d’emblée annoncé vouloir réorienter certains investissements votés par l’équipe de Bernard Genin. Qu’en est-il ?

Notre projet porte principalement sur l’éducation. Il faut donc faire des choix. En effet 100 millions d’euros sont nécessaire pour rénover et construire de nouvelles écoles, notamment trois groupes scolaires qui auraient dû être déjà réalisés. Le report du projet de centre aquatique va nous permettre de commencer à financer nos écoles.

D’où provenaient ces financements extérieurs?
De l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), de la Région et du Département. Les financements du centre aquatique ont ainsi pu être réorientés. Ce qui devrait nous permettre de démarrer en 2015 la construction de l'école Beauverie.

 

Pourtant l’ANRU n’a pas pour vocation à financer des écoles ?
Ce n’est pas sa mission première, et de plus, il a fallu renégocier en urgence avant la fin de la convention qui s’achevait en 2014. Une prolongation a été obtenue par Hélène Geoffroy après consultation des partenaires.

Quels sont les autres axes, par rapport aux orientations de l’ancienne majorité sur lesquels vous avez travaillé ?

En premier lieu, la maîtrise des coûts. Nous travaillons également sur l’optimisation financière, par exemple, déclencher les recettes dès lors qu’une réalisation est effectuée. Il faut savoir que les financements extérieurs sont versés six mois, parfois un an après la fin d’opération. Nous mettons en place des procédures afin de les obtenir plus rapidement.

 

L’an dernier, votre objectif était de réaliser une économie de quel mon- tant par rapport au budget précédent ?

Sur le budget précédent, nous n’avions pas d’objectif en terme d’économie, puisqu’un certain nombre d’engagements financiers étaient votés. Mais dans un budget, l’essentiel porte sur l’équilibre. Ce sont donc soit des recettes supplémentaires qu’il faut réaliser, soit des dépenses en moins qu’on doit effectuer. Les recettes, nous les avons trouvées pour 2015 grâce au travail d’Hélène Geoffroy auprès des acteurs de la Politique de la Ville, laquelle permet d’aider les collectivités les plus en difficulté.

Notre souci premier est de soutenir des investissements tout en maîtrisant au mieux la dette pour construire des écoles, mais aussi des gymnases et inscrire d’autres équipements. La dette est importante - autour de 58 millions d’euros, notre objectif étant de la diminuer pendant la durée du mandat.

 

Quels sont les autres postes sur les- quels investir, tout en conservant un équilibre budgétaire, et quels sont les grands axes du débat d’orientation budgétaire ?

Un des grands axes concerne non pas l’investissement, mais le fonctionne- ment : Dès notre arrivée, nous avons décidé de supprimer les voitures des adjoints et des membres du cabinet de la maire, et c’est un signe important Cela représente une économie d’environ 40% du budget des berlines du parc automobile de la ville.

Nous travaillons aussi sur la sécurité. Nous avons déjà recruté trois policiers municipaux en 2014 ; nous allons en embaucher en 2015 avec un objectif de vingt policiers en fin du mandat contre sept au début. Nous allons aussi mettre l’accent sur sur la vidéo- surveillance.
Le sport et la culture, indissociables de l’éducation, sont également importants. Enfin, en urbanisme, un domaine sur lequel nous partageons la maîtrise avec la métropole de Lyon, nous souhaitons reprendre les quatre ZAC. Le theme économique, sur laquelle nous n’avons pas les pleins pouvoirs bien entendu, nous cherchons à recréer du lien avec les entre- prises. Notre objectif est d’ouvrir des réseaux aux jeunes, afin qu’il trouvent plus facilement des emplois. C’est une réelle volonté politique de notre part et la mission locale est un véritable partenaire pour y parvenir.

En matière d’environnement, nous travaillons, avec l’adjoint en charge de la délégation, sur un certain nombre de dossiers, celui de la gestion des déchets à l’Hôtel de ville entre autres. Nous souhaitons aussi mettre en place un plan climat (NDLR : débattu au conseil municipal du 12 février), lequel va permettre de réduire la consommation d’énergies tout en accroissant les énergies vertes. Du statut d’observateur au sein de la Métropole, nous voulons devenir acteur.

Enfin, la citoyenneté est l’un des grands thèmes de notre action. Nous avons créé huit conseils de quartier, et tous fonctionnent. Nous allons aussi mettre en place un conseil des seniors, un conseil de la vie associative... On réfléchit aussi à un conseil municipal des jeunes. L’idée est bien de créer du lien à Vaulx-en-Velin.

Propos recueillis par Jacques Boucaud

 

 

 

1544 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Démocratie locale > Pierre Dussurgey : “Notre objectif est de soutenir des investissements tout en maîtrisant au mieux la dette”