Journal / Portraits - mardi 01 décembre 2015

Andrée Godeau : Notre-Dame des Cardons

"Oh non, il faudrait parler de toute l’équipe plutôt que de faire mon portrait", plaide-t-elle a priori. Elle accepte pourtant de se mettre un peu en avant, consciente de son rôle de porte- drapeau des traditions locales. L'humilité en étendard et la gastronomie comme sacerdoce. Andrée Godeau – que beaucoup connaissent comme la grande Dédée –, a une passion pas honteuse du tout : le cardon.

“Les cardons, c’est pas les blettes ! C’est un légume noble qu’on cuisine avec délicatesse ! Quand on commence à les sortir, c’est que Noël n’est pas loin”, s’enthousiasme-t-elle. Quand il s’agit du cardon, le meilleur ambassadeur de Vaulx-en-Velin, la grand-mère de 66 ans ne lésine pas sur les superlatifs. Arrivée chemin des Plates, il y a près de 40 ans, l’ancienne coiffeuse à domicile aujourd’hui retraitée, se souvient de la vue qu’elle avait alors sur les champs de cardons depuis sa fenêtre, preuve, s’il en fallait, de l’importance dudit légume dans la mémoire locale.

Avec une bande d’amis, toujours aussi dynamique en matière de promotion potagère, elle lance à l’orée des années 1990, la confrérie du cardon de Vaulx-en-Velin. L’objectif est alors de faire connaître la commune sous un autre angle, une ville fière du savoir-faire de ses maraîchers et de sa tradition agricole. Une histoire qu’on retrouve à tous les coins de rues, au détour des panneaux de signalisation : Mas du Taureau, Noirettes, chemin de la Ferme ou du Grand bois... En somme, promouvoir le cardon et les bons gueuletons. “Dédée, c’est une fille très dévouée, pleine de bonne volonté. Pour quelqu’un qui n’est pas originaire de Vaulx, on peut dire que porter les couleurs de la ville lui tient particulièrement à cœur”, insiste Jean-Paul Conrad, grand Maître de la confrérie.

 

“ Tout est bon dans le cardon”

“Au départ, on a lancé la confrérie pour rigoler, se souvient nostalgique, celle qui occupe depuis 1993, le poste ô combien prestigieux de grand Chambellan de l’organisation. On n’imaginait pas en arriver là !” La petite blague débutée avec une médaille en chocolat et un cardon peint en or, a pris la forme d’un grand rassemblement, le 9 novembre dernier, réunissant 26 confréries de France et de Navarre dans les rues vaudaises. Entre temps, en 22 ans d’existence, l’association a accueilli dans ses rangs près d’une centaine d’intronisés, dont des personnalités comme le cuisinier Christian Têtedoie ou la légende du music-hall Mick Micheyl. “Avoir une confrérie, c’est une façon de donner une image peu commune de notre cité aux traditions bien ancrées et aux savoir-faire ancestraux. Pas seulement celle d’une banlieue faite d’événements tristes”, constate Marie-Emmanuelle Syre, conseillère municipale déléguée au Commerce et au Tourisme, intronisée en novembre dernier. La République des Canuts, les Echalas dauphinois, les Chevaliers des Minimes de Montmerle, les Gourmandins de Heyrieux, les Caillettes de Chabeuil, les Bleus de Solaize, la Tarandouille de Tatare, les Damoiselles de Chiroubles ou encore les Amis de Brouilly... Tous les amis étaient de la fête pour le premier grand chapitre. Tous ceux que la grande Dédée visite toute l’année, à la découverte de leurs propres spécialités régionales sur lesquelles elle est désormais intarissable. Elle garde d’ailleurs précieusement les médailles offertes par ces confréries, symboles de convivialité. “Si je devais toutes les porter en en même temps, je marcherais courbée tellement elles sont lourdes et nombreuses”, rit-elle. Seule exception à ce tour de France gastronomique : une fois par mois, elle range son os à moelle et son canotier canotier pour s’occuper de son petit fils qui vit à Montpellier.

 

Le temps de prendre quelques clichés d’Andrée en toge vert et or en bas de son immeuble, et déjà les voisines l’accostent. “Vous avez préparé votre gratin de cardons ? Parce qu’on attend que ça”, lui demandent certaines, alors que d’autres, mi amusées, mi interloquées, ne peuvent s’empêcher de souligner : “Vous êtes belle dans votre déguisement”. “Ce n’est pas un déguisement, leur assène le grand Chambellan avec un sourire teinté de fierté. C’est un habit de représentation !”. On ne plaisante pas avec sa majesté cardon, le roi des légumes et le légume des rois, qui réunira cette année encore, des milliers de visiteurs dans les rues du Village, le 8 décembre pour sa traditionnelle fête. Que les voisins d’Andrée Godeau se rassurent, ce soir là, le gratin de cardons à la moelle sera bel et bien de sortie.

 

 

 

Maxence Knepper et Amine Idrani

 

 

 

 

 

La grande Dédée, comme ses voisins la surnomme, défend bec et ongles le cardon, légume emblématique célèbre le 8 décembre. Depuis 1993, elle est le grand Chambellan de la confrérie qui lui est dédié.

1809 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > Andrée Godeau : Notre-Dame des Cardons